PAROLE D’ANCIENS

Véronique D.

– Technicienne animatrice radio –

J’occupe un poste de technicienne animatrice dans une radio associative locale en CDI à mi-temps depuis septembre 2015. Cette radio est un projet du Centre Socioculturel de Tournon (Ardèche).

Je gère un parc matériel son et assure la mise en place technique des studios mobiles pour les décrochages, parfois en duplex. J’assure également la sonorisation de plusieurs événements dans l’année (fête de la musique, fêtes de Quartier, fête de Centre Social…), et la régie générale de manifestations organisées par notre structure.

Je travaille en lien avec de nombreux partenaires sur notre bassin de vie et l’Agglomération, notamment pour démocratiser l’outil radio et permettre aux habitants de libérer leurs paroles (établissements scolaires, maisons de retraite, entreprises, associations, structures d’accueil de publics en difficulté..).

La  formation de l’IRPA m’a donné de solides bases de réflexion et une approche technique dans les situations que je rencontre quotidiennement au travail : en matière de sécurité, d’électricité, de son et de lumière.

De plus, sans la formation, je n’aurais jamais été retenue pour ce poste, qui s’adressait à priori à un profil complètement différent du mien.

J’ajouterai que ce temps de formation professionnelle au sein d’une équipe humaine et compétente m’a redonné confiance en moi, à un moment charnière de ma vie de femme en questionnement sur son parcours professionnel et personnel. A 43 ans je me sens enfin en accord avec le métier que j’exerce.

 


Simon P.

– Régisseur son et lumière – 

Je suis aujourd’hui technicien des métiers de la scène à l’Université Lumière Lyon 2. Cela consiste à assurer les régies son et/ou lumière dans le théâtre de l’Université Lyon 2,. Je suis fonctionnaire depuis octobre 2017.

J’ai  commencé à assurer bénévolement la régie son d’un groupe au Warmaudio quelques mois après ma formation..

J’ai ensuite postulé par les voies officielles lorsqu’un poste s’est libéré au théâtre de l’Université.

Nous sommes trois à nous partager les différentes tâches pour assurer les régies des spectacles et des évènements, assurer la maintenance et proposer des investissements pour améliorer notre installation.

L’IRPA m’a permis de développer une méthode de travail efficace que je n’aurai jamais acquise seul. La connaissance du chemin du son et de la lumière sont les éléments les plus importants de cette formation, et il ne tient après qu’à nous de trouver la meilleure manière d’utiliser ces connaissances et de développer nos propres goûts.

Je dois professionnellement beaucoup à l’IRPA qui m’a permis d’avoir un cadre de formation et d’apprendre un contenu pertinent, sans avoir le mauvais goût de formater les élèves et de les enfermer dans certaines pratiques.

 


 Arthur B.

– Technicien lumière / plateau / régisseur général –

Après avoir fait une année en tant que régisseur de la salle ToiToi Le Zinc à Villeurbanne en tant que service civique, j’essaie de me lancer afin de décrocher le statut intermittent du spectacle dans l’année.

Suite à bon nombre de bénévolats et de stages qui m’ont beaucoup servis, et de mon service civique qui m’a permis d’étoffer mon carnet d’adresse, je suis en mesure de me présenter en tant que technicien lumière même si je suis aussi très à l’aise en plateau et en régie générale,

Les acquis de la formation qui m’ont été le plus utiles dans mon travail, sont l’autonomie derrière la console (son ou lumière) ainsi que les cours théoriques d’électricité.

 


Terence C.

–  Technicien son et lumière –

Suite à ma formation à l’IRPA, j’ai eu l’occasion de faire quelques cachets en boîte de presta avant d’enchainer sur un contrat d’avenir dans un théâtre de la région.
J’y suis actuellement embauché depuis maintenant deux ans en tant que technicien polyvalent, où je fais énormément de lumière et de son, mais aussi tout ce qui peut être utile à la salle (maintenance, aide régie G, sécurité, etc).

Ces deux lieux étaient mes entreprises de stage durant ma formation à l’IRPA. C’est donc grâce à cela que j’ai pu trouver rapidement du travail.

Les acquis en lumière, son et électricité ont clairement été les plus utiles étant donné qu’ils représentent une grande partie de notre travail. Cela dit, le module de sécurité m’a été d’une grande aide lorsque j’ai pu passer mon SSIAP (par le biais de mon contrat aidé).

Cette formation polyvalente donne toutes les bases pour travailler dès l’année suivante et continuer à apprendre sur le tas. De plus, les deux périodes de stages peuvent être un énorme plus si les entreprises sont choisies avec attention.

 


Maxime H.

– Technicien son / lumière / régisseur général –

Je suis aujourd’hui en voie d’intermittence, via un groupe avec qui je tourne, plus les cachets ici et là, dans des salles ou sur des prestas. J’ai eu l’occasion d’intégrer un petit studio lyonnais où j’effectue aussi du mixage de titres.

J’ai travaillé pendant deux ans dans la petite salle  Léo Ferré, au Vieux Lyon, en CAE, ce qui ne m’a pas permis d’enchaîner les cachets pour obtenir mon statut. Mais ce poste de Régisseur m’a énormément formé, aussi bien en son, lumière, qu’en régie générale. Cela m’a surtout donné confiance en mon travail. Puis j’ai rencontré plusieurs groupes, avec lesquels je tourne pas mal.

Lors de ma formation à l’IRPA, j’ai choisi un stage dans une bonne salle (Ninkasi Kao/Kafe) pour apprendre, et un stage dans une petite salle (Léo Ferré), pour me donner toutes les chances de trouver un poste après la formation. Pari réussi !

Avant d’arriver à l’IRPA, j’avais déjà pas mal de connaissances en son, mais je dois avouer que j’ai appris énormément de choses et surtout compris bon nombres d’outils qui me permettent actuellement de faire mon travail sereinement. Les bases en lumière m’ont permis d’avoir le langage et la compréhension du coté scèno, qui m’ont énormément servi pendant mon poste au Vieux Lyon, et mais un peu moins à l’heure actuelle vu que je travaille dans le son.

J’ai trouvé que socialement parlant cette année de formation était géniale. , De plus, elle m’a permis de me faire de nouvelles relations que je croise régulièrement un peu partout en France.

C’est un bon moyen d’avoir un réseau.

 


Pauline G.

– Technicienne son et lumière –

Je suis intermittente depuis novembre 2016.

Pendant la formation j’ai continué dans les projets dans lesquels j’étais investit (régies de compagnie & groupe de musique) me permettant de rencontrer des gens et des salles différentes. En sortie de formation, je suis allée voir les salles dans lesquelles je voulais travailler, j’ai envoyé des mails, passé des coups de fil, et dis tout autour de moi que je cherchais du travail. Plusieurs lieux on commencé à me rappeler 3 semaines après.

Je suis régisseuse avec mes compagnies, régisseuse d’accueil au festival off d’Avignon, électro dans quelques théâtres lyonnais, road dans quelques boites de presta

La formation nous donne tous les outils pour commencer à travailler tout en nous laissant la liberté d’approfondir certains aspects de notre côté. Grâce à la polyvalence j’ai pu avoir des notions en son qui me sont bien utiles et que je ne serais jamais allé chercher par moi même,

Elle permet également d’avoir un réseau de base avec les collègues de formations, ce qui est hypra précieux pour avoir/refiler du travail et pour dépanner en cas de galère!

 


Ana B.

– Technicienne son et lumière –

Je suis à ce jour intermittente.

J’ai obtenu mon statut grâce aux contacts que j’avais avant la formation mais aussi  grâce à ceux que je me suis créés lors des stages effectués pendant ma formation.  Les personnes de ma promotion avec qui j’ai gardé contact ont étendu mon réseau!!

Cette formation m’a amenée confiance en moi, création d’un réseau, connaissances du matériel, mais aussi conscience du travail d’équipe indispensable dans ce milieu.

Merci à L’IRPA, à toute son équipe d’intervenants !

 


Jules P.

– Régisseur son et lumière –

Je suis actuellement (2017) régisseur au théâtre Espace 44, et technicien polyvalent.

Je m’occupe de l’intégralité du travail de régie, que ce soit en amont (contact des compagnies et organisation des plannings), en accueil, travail d’installation, réglages et exploitation, régies sur les spectacles, etc.

J’ai pu y prétendre grâce à la formation de l’IRPA qui a su être assez complète pour me former efficacement à de nombreux aspects du travail technique dans le spectacle vivant, ainsi qu’aux stages accomplis au cours de cette formation.

C’est tout particulièrement l’attention apportée à l’enseignement pratique qui m’a le plus apporté et qui a été le plus formateur pour moi.